Résidences

 

Tout au long de l’année, Le Triskell accueille des équipes artistiques pour des périodes de création : laboratoire de recherche, filage scénique, résidence de création ou de reprise…

Au programme en 2018 & 2019 : Bagad Cap Caval, Soñj de Bretagne, Outside Duo, Cie mO3.

Spectacle musical | Résidence de création du 22 janvier au 4 février 2018.

Il y a trois ans, Outside Duo lançait son 1er spectacle, « Le Celtic Two-Men-Show » au Triskell.
Depuis, Antoine Solmiac et Julien Grignon ont donné plus de 300 concerts, du stade du Moustoir de Lorient à Tahiti, en passant par Paris et plusieurs gros festivals français.

En 2018, ils reviennent avec de nouveaux morceaux, de nouvelles chansons et surtout un nouveau spectacle détonnant !

Les deux bigoudens, fidèles à leur public ont à cœur de jouer pour la première fois leur nouvelle création à Pont-l’Abbé, comme à la maison !

Sortie du spectacle samedi 3 février à 20h30 & dimanche 4 février 2018 à 17h au Triskell.

Musiques & Danses | Résidence de création du 24 au 29 avril 2018.

Un spectacle dansé de 80 minutes qui entraînera le spectateur dans un univers puissant et poétique, fermement chevillé à la Bretagne et toujours tourné vers l’horizon.
Les deux grandes confédérations bretonnes de danse (Kendalc’h et War’l leur) se sont associées pour réunir en un temps les savoir-faire, les imaginations, les énergies, les passions.

Sortie du spectacle en avant-première au Triskell dimanche 8 juillet 2018 à 17, dans le cadre du Festival des Brodeuses.

Musiques Traditionnelles | Résidence de répétitions du 30 juillet au 4 août 2018.

Comme chaque année, le Bagad Cap Caval investit le Triskell afin de se préparer au championnat national des bagadoù de 1ère catégorie.

Répétition publique au Triskell / date communiquée ultérieurement.

Arts de Rue | Matières – Corps – Guitare | Résidence de création du 11 au 16 janvier 2019.


« L’ARPENTEUR »

création 2019 de la cie mO3 avec Pierre Jallot et Vincent Raude. Regard extérieur: Danielle Le Pierrès.

Habituellement on arpente une ville, ses rues, ou bien des terres ou des montagnes. Ici l’arpenteur est celui qui va chercher, expérimenter, manipuler, en faisant face à un simple tas d’ardoises, toujours dans un fragile équilibre aux choses. Un défi d’une quarantaine de minutes que le personnage devra relever pour tenter de mieux comprendre d’où il vient, de saisir un peu plus son environnement et finalement peut-être découvrir un nouveau sens à sa quête.
Dans un environnement constitué d’ardoises, de poussière, de seaux métalliques, pouvant s’apparenter à un chantier, l’un évolue dans un univers d’objets, l’autre dans un univers musical.
Pourtant les 2 sont reliés, interdépendants et même en interactions, pour former un étonnant duo. L’un arpente des sons, l’autre arpente des objets. Un rapport au monde qu’ils tentent d’éprouver à leur manière, avec un regard parfois naïf, souvent alerte et toujours curieux.

« Souvenirs d’une pierre bleue, de bruits sourds, d’efforts, de corps fatigués mais qui tiennent toujours et encore. Etre là pour s’imprégner de son environnement, faire corps avec la matière qui nous a constitués. Poussière de vie, naissance d’une réminiscence. Une marche pour retrouver l’énergie originelle, celle dont on est issu. Refaire face à ses peurs, à ses doutes, aux choses cachées qui nous réapparaissent. Reprendre le chemin, recommencer, pour ne pas oublier. Etre là, simplement et justement là, c’est exister. Exister c’est aussi vivre avec nos esprits, entre mauvaises et bonnes fortunes ».

Diffusion du spectacle au cours de la saison 2019-2020.